Le salaire minimum de croissance (SMIC)

Le montant du SMIC 2018 :

Le taux horaire du SMIC en 2018 s’élève à 9,88 euros bruts de l’heure à compter du 1er janvier 2018, soit 1498,47 euros bruts mensuel.

Le salaire Minimum de Croissance est la terminologie juridique garantissant une rémunération minimum à tout salarié.


En d’autres termes, aucun salarié ne doit percevoir une rémunération inférieure au montant du SMIC sauf cas particulier.

Les salariés percevant un taux horaire inférieure au SMIC sont en droit :

  • de réclamer la régularisation du prorata impayé sur les 3 dernières années ;

  • de réclamer à ce que ces sommes soient assorties d’intérêt au taux légal, contractuel ou conventionnel ;

  • De solliciter des dommages et intérêts s’il justifie un préjudice.

En outre l’employeur qui n’observe pas le respect du minimum salarial s’expose aux sanctions prévues pour non-respect du SMIC…

L’infraction s’apprécie à chaque paie et le fait d’opérer une régularisation sur la paie suivante ne l’efface pas.


Pour déterminer si vous percevez bien le SMIC, il faut bien sûr prendre en compte le salaire de base mais pas seulement.

Il faut par ailleurs tenir compte de tous les compléments de rémunération versés en contrepartie du temps de travail effectif du salarié.


Sont par exemple concernés :

  • les primes directement liées à l’activité du salarié, comme les primes sur chiffre d’affaires,

  • les primes de performances, de rendement ou de productivité etc…

En revanche, les primes qui ne rémunèrent pas le travail ne sont pas prises en compte pour vérifier l'application du SMIC (exemple : d'assiduité, prime de salissure, prime d'ancienneté, prime panier, remboursement de frais, etc…).


  • les avantages en nature ;

  • les primes et gratifications payées à certains moments de l'année (prime de vacances ou prime de 13e mois) sont prises en compte seulement le mois de leur versement, sans compensation possible d'un mois sur l'autre.